Vivifions-nous

[Ma chronique d’octobre dans Psychologies Magazine]

L’été fut le temps de ressourcement, de « STOP », de recul…Imaginons à présent quelle sève nouvelle nous souhaitons faire circuler en nous et autour de nous pour vivifier :

  • notre relation avec nous-même pour amplifier notre adaptabilité
  • notre relation aux autres pour nourrir notre « Vivre ensemble »
  • notre relation aux mots qui créent l’âme du monde

Vivifions notre adaptabilité

Dans de nombreuses traditions chamaniques, si nous allions voir un(e) chaman ou un(e) homme/femme médecine pour nous plaindre d’être découragé, abattu, ou déprimé, ils poseraient une de ces quatre questions :

  • Quand avez-vous arrêté de danser?
  • Quand avez-vous arrêté de chanter?
  • Quand avez-vous cessé d’être enchanté par les histoires ?
  • Quand avez-vous arrêté de trouver le réconfort dans le doux territoire du silence?

Car lorsque nous avons arrêté de danser, chanter, être enchanté par les histoires, ou de trouver un réconfort dans le silence, c’est là que nous avons l’expérience de la perte de l’âme.

La danse, le chant, les contes et le silence sont les quatre baumes qui stimulent notre vitalité.

Vivifions notre “Vivre Ensemble”

Dans mes yeux de coach, d’anthropologue, d’observatrice, je me réjouis de voir les pratiques d’humanitude inventées de toute pièce :

Au Danemark, il y a des bibliothèques où nous pouvons emprunter une personne au lieu d’un livre pour écouter l’histoire de sa vie pendant 30 minutes. L’objectif est de lutter contre les préjugés. Chaque personne a un titre – “chômeur”, “réfugié”, “bipolaire”, etc. – mais en écoutant leur histoire on réalise à quel point il ne faut pas “juger un livre à sa couverture”.

Ce projet innovant et brillant est actif dans plus de 50 pays : Il s’appelle “La bibliothèque humaine”.

Comment pourrions-nous encourager d’emprunter un collègue, un ami, un parent, pour offrir simplement notre écoute curieuse et passionnée.

Vivifions l’âme du monde

La langue est la clé de la serrure du monde, elle le vivifie. Elle participe au monde. Un beau trésor en commun les 26 lettres de l’alphabet. Avec les 26 lettres on peut tout faire. Du bonheur à l’ardeur pour l’intensité de vie.

Tous les mots sont utiles. Ils peuvent construire les préfaces, les parenthèses, les ponts, les liens, l’amour,… La manière de les ponctuer pour parler  a toute sa puissance.

Vous vous souvenez de mon invitation à « Tuliper » ? C’est une vraie dynamique d’ajustement créateur.

Depuis quelques mois, observons combien de nouveaux mots sont apparus.

Il est temps de donner une nouvelle musicalité aux mots qui ont été maltraités comme le mot « Essentiel »,  « Télétravail », « Artistes », « Culture »,…

Le monde a besoin qu’on lui redore son âme. Créons les néologismes qui ouvriront l’horizon.

Invitons-nous à « Poétiser » !

  • Au revoir les Go-pro, bienvenue aux propos
  • Au revoir les drones, bienvenue les regards
  • Au revoir les appareils, bienvenue le verbe

Et si nous « vacancions » : pour identifier l’énergie vacante, disponible à l’intérieur de nous pour offrir le meilleur de nous-même.

Et si nous « climaturgions » : pour s’engager réellement aux urgences de notre Terre Mère

Et si « présencions » : pour offrir des retrouvailles en vrai qui font sens dans la profondeur du lien : tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin.

Rien n’existe qui n’ a préalablement été nommé. L’imaginaire nous conduit au réel .

Allons vers la beauté, illimitons-nous.

Vivifions-nous ensemble pour faire naître l’invisible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.