L’intuition a du génie : écoutons avec notre troisième œil

[Ma chronique de novembre dans Psychologies Magazine]

« Avec l’intuition, nous inventons, avec la logique nous démontrons » . Cette chronique nous rappelle combien notre intuition est le moteur de notre fluidité dans les choix à emprunter. Écoutons notre troisième œil !


« Avec l’intuition, nous inventons, avec la logique nous démontrons »

Écouter son intuition épargne bien des souffrances ! *

Socrate considérait que l’inconscient détient tous les savoirs. Il faut faire accoucher nos esprits de ce qu’ils savent déjà sans savoir qu’ils le savent : « Connais-toi toi-même » veut dire connecte-toi à ta sagesse intérieure, enlève le voile qui recouvre notre champ de conscience. Yung a été le premier à parler de la sagesse de l’inconscient.

Connaître n’est pas seulement expliquer, c’est aussi entrer en résonance.

Ecoutons notre cœur, notre corps qui savent avant notre tête ce qui va et ne va pas dans nos vies. L’Intelligence vient du latin « inter-legere » c’est-à-dire lire entre les lignes.

Sur quoi vous appuyez-vous pour prendre des décisions ? La raison a souvent ses limites. Elle est beaucoup trop influencée par notre Ego, ce fameux juge intérieur !

Plus de 50% des décisions engageantes sont prises par notre intuition. L’écouter c’est l’adopter

Comment écouter notre troisième œil ?

  • Accordons-nous  des pauses et des silences : « Éteignez tout et le monde s’allume ! » disait Rimbaud.

Le temps de respiration est nécessaire pour trouver notre inspiration.

Il y a en nous tout ce qu’il faut pour que tout marche bien si on prend le temps de souffler. Méditons ! C’est une méthode de développement impersonnel pour désenfler l’Ego. Plus on développe cette part impersonnelle en nous, plus on devient singulier et osons être nous-mêmes.

  • Dormons : plus le cerveau ralentit plus le cerveau s’ouvre à l’inconscient.

« Je ne cherche pas, je trouve » dit Picasso. Gardons un esprit ouvert pour saisir les opportunités qui se présentent sous nos pieds. Le chemin se trace en marchant.

Soyons plus surfer que lutteur : il faut savoir attendre la bonne vague.

  • Apprenons à nous ennuyer : c’est une élégance pour cultiver notre intuition.

« Qui s’efforce nuit à sa force » disait Lao Tseu.

Créons des vides dans l’agenda pour laisser de la place. C’est à ces moments qu’un vide fertile s’installe et nous offre nos déclics.

  • Acceptons d’être ignorant : il faut se contenter d’un minimum d’informations pour prendre des décisions. Cela active notre audace.

Arrêter de ruminer « j’aurais dû faire cela ». Les « toujours plus » ont moins d’estime d’eux-mêmes, mobilisent plus le regret, le remord et ont moins d’optimisme. Se laisser se guider par l’intuition cultive le bien être. Le contrôle inhibe l’intuition. Ce qu’on sait bien faire se fera naturellement.

Notre troisième œil ? Offrons-nous ce beau guide pour laisser aller les belles résolutions qui reviennent chaque année et accueillir nos projets dans la fluidité.

*  Propos inspirés de Hesna Cailliau « Les bâtisseurs du futur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *