Catégorie : Presse/Chroniques

Notre initiative d’écoute solidaire épinglée dans “Femmes d’Aujourd’hui”

Un Belge sur deux souffre du confinement, relevait dernièrement la journaliste Christelle Gilquin dans la rubrique “Psycho” de l’hebdomadaire Femmes d’Aujourd’hui. Ce chiffre est issu de l’enquête “Le Covid et moi” menée par l’UCLouvain : 52% des Belges vivent psychologiquement mal la crise actuelle et ont le moral dans les talons, soit 3 fois plus qu’en temps normal.

Pour aller plus loin, la journaliste propose une série de ressources, dont notre initiative d’écoute solidaire.

Retrouvez l’ensemble des contacts et ressources dans l’article ci-dessous.

Le pouvoir du choix

[Ma chronique d’avril dans Psychologies Magazine] – Décider dans l’incertitude, comment mettre notre gouvernail ? Quelques pistes pour faire nos choix et garder le cap. Mettons notre énergie au bon endroit en faisant taire nos egos.


Suis-je souvent dans les regrets ou suis-je bien dans mes choix ?

Sylvain, 38 ans, me confie que le fait de décider est une épreuve pour lui, à chaque fois. Il s’en veut de revenir sans cesse sur ses décisions: « Je suis en sur-adaptation quand je ne choisis pas ! Et quand je décide, je me torture avec mille questions. »

Décider fait partie de notre quotidien : tentons de  comprendre nos stratégies de choix pour nous aider à dénouer les pièges de l’hésitation stagnante et oppressante.

Quand l’inconfort s’installe, deux énergies à l’intérieur de nous se mettent  à dialoguer et peuvent hurler ! Il s’agit de notre Ego, juge intérieur qui fait tout pour rester dans la zone de ce qu’il connaît même si elle est inconfortable. Il se bat avec notre Âme qui nous encourage à aller vers notre vraie zone de confort, celle de notre Être.

Ce dialogue Ego/Âme pour décider peut s’avérer souffrant si on le laisse hurler sans reprendre les bonnes manettes en main : on se sent tiraillé, hésitant, incohérent.

Dans mes accompagnements, j’encourage chacune et chacun à faire un vrai STOP pour prendre rendez-vous avec les moteurs de ses choix. Une question mettra nos stratégies de choix en lumière :

  • Qui parle à l’intérieur de nous ?
  • L’Ego qui nous met dans le combat de devoir Choisir ?
  • L’Âme qui nous offre la fluidité de  pouvoir choisir?

Suivant qu’on se connecte à l’ombre de notre Ego ou à la lumière de notre Âme, voici quelques pièges et leurs antidotes pour choisir de manière fluide et juste :

L’Ego : Je blâme :

Sylvain a la critique facile, le « Tu » qui tue.

« Regarde, dit son Ego, ils sont de nouveau comme des paillassons face à tes décisions, aucune initiative et ils se permettent en plus de râler ! »

L’Âme : Je prends mes responsabilités :

Choisir, c’est rassurer, apaiser les doutes, donner un cap pour éviter le flou qui déstabilise.

L’Ego : je me sens coupable

Les regrets de Sylvain s’installent  souvent… Son Ego lui met une pression incroyable. Il ne met pas ses limites, ne sait pas dire non : « Qu’est-ce que tes enfants, tes collaborateurs, tes amis vont penser si tu refuses ? » Piège de l’oubli de soi !

L’Âme : J’écoute mes besoins

En écoutant nos besoins, on s’accorde un temps pour soi qui nous rend plus disponible par la suite.

L’Ego : Je m’obsède

Sylvain est un homme de principes. Il s’obsède avec une énergie de guerrier, de combat.

L’Âme : Je fais confiance à mon intuition

Notre troisième œil se trompe rarement. Qu’est-ce qu’il sait déjà qu’il faut écouter pour faire un bon choix ?

L’Ego : Je suis dans le mental

Sylvain commence sa journée avec ses pensées à 3h45 ! Et le défilé commence à troubler son sommeil…

L’Âme : J’agis, j’aime, je prends conscience

Oui ! Un petit pas qui nous met dans l’action, le plaisir de faire, d’expérimenter et voir vers demain…

Choisir ?  Ecoutons … Non l’Artificiel mais Nos Essentiels !

Une écoute pour traverser le confinement

Merci à CCI Mag, le site internet des Chambres de Commerce, de relayer la mise en place de l’initiative que nous prenons durant cette période de confinement. Pour rappel, une vingtaine de membres de notre communauté d’Hédo-coachs s’engagent à offrir 2 entretiens d’écoute à celles et ceux qui en éprouvent le besoin : un premier pour déposer, libérer, apaiser ce qui doit l’être, un second, un peu plus tard, pour que vous nous partagiez les petits pas expérimentés.

Il est où le bonheur au travail ?

J’ai été interviewée par le Groupe français “The Links” dans le cadre de leur Livre Blanc sur le nouveau visage de la relation client à distance“Il existe de nombreux marchands de bonheur, mais attention, le bonheur ne se décrète pas !”, ai-je eu l’occasion de préciser dès le début de cette discussion.

Selon moi, le bonheur au travail repose sur deux piliers : d’un côté, sur la question du sens (en quoi mon travail est-il en lien avec mes valeurs ? Pourquoi je me lève le matin ?) et, de l’autre côté, sur l’harmonie. En Belgique, contrairement à ce qu’on pourrait penser, 85 % des burnouts sont dus à de mauvaises relations professionnelles et non pas à une surcharge de travail ! On ne se connaît pas, donc on ne se comprend plus, et les non-dits toxiques se multiplient…

Lors de cette interview, j’ai pu aussi mettre en avant le concept de “Greatwashing”. Pour moi, prétexter le bien-être pour se donner bonne conscience ou encourager la compétition est très dangereux et manipulateur.

Grand merci à The Links pour cette interview à retrouver sous ce lien dans son intégralité.

Notre jeu “QuiOui” dans Psychologies Magazine

Merci à Psychologies Magazine qui présente notre jeu “QuiOui” dans son édition de février-mars 2020.  A l’ère de la ‘gamification’, Isabelle Blandiaux dresse le constat que le développement personnel se décline également sous forme ludique et légère… tout en abordant des thèmes profonds.

Elle épingle le visuel coloré, joyeux, graphique, qui contribue à rendre le travail sur soi plus accessible, à mettre en confiance, à lever les freins… Et l’assemblage de ce jeu en carton made in Belgium est assuré par une entreprise de travail adapté locale (ETA), fait-elle judicieusement remarquer.

L’article peut être téléchargé ci-dessous.

Le jeu “QuiOui” invité à l’émission “La vie du bon côté”

Anne-France Wéry était récemment l’invitée de Sylvie Honoré, dans le cadre de l’émission “La vie du bon côté” sur Vivacité. Chaque semaine, cette émission donne la parole à des passioné.es du bien-être, qui partagent leur savoir et leurs conseils à propos de la famille, de la santé, des loisirs, de l’alimentation, de la psycho ou du développement personnel.

 

Anne-France a pu présenter “QuiOui”, le nouveau jeu de développement personnel qui s’adresse à toute personne ou groupe en quête de sens, de cohérence, d’harmonie.

“QuiOui” est un véritable outil de coaching, d’accompagnement. Ce jeu libère la parole, il nous aide à communiquer sur nos sphères d’énergie, c’est-à-dire les chakras. Comment remobiliser mes énergies intérieures quand je suis face à des transitions, des ruptures, des doutes, des questionnements intérieurs,… ?

C’est là que “QuiOui” nous aide, à cette fin, à cette mobilisation, cette libération. On se questionne à partir de 7 jeux de cartes selon les 7 chakras. On aborde ainsi des questionnements sur nos motivations, notre communication, notre manière de faire confiance,… On y est invité par des mots, des questionnements, des citations qui inspirent nos engagements.


L’intuition a du génie : écoutons avec notre troisième œil

[Ma chronique de novembre dans Psychologies Magazine]

« Avec l’intuition, nous inventons, avec la logique nous démontrons » . Cette chronique nous rappelle combien notre intuition est le moteur de notre fluidité dans les choix à emprunter. Écoutons notre troisième œil !


« Avec l’intuition, nous inventons, avec la logique nous démontrons »

Écouter son intuition épargne bien des souffrances ! *

Socrate considérait que l’inconscient détient tous les savoirs. Il faut faire accoucher nos esprits de ce qu’ils savent déjà sans savoir qu’ils le savent : « Connais-toi toi-même » veut dire connecte-toi à ta sagesse intérieure, enlève le voile qui recouvre notre champ de conscience. Yung a été le premier à parler de la sagesse de l’inconscient.

Connaître n’est pas seulement expliquer, c’est aussi entrer en résonance.

Ecoutons notre cœur, notre corps qui savent avant notre tête ce qui va et ne va pas dans nos vies. L’Intelligence vient du latin « inter-legere » c’est-à-dire lire entre les lignes.

Sur quoi vous appuyez-vous pour prendre des décisions ? La raison a souvent ses limites. Elle est beaucoup trop influencée par notre Ego, ce fameux juge intérieur !

Plus de 50% des décisions engageantes sont prises par notre intuition. L’écouter c’est l’adopter

Comment écouter notre troisième œil ?

  • Accordons-nous  des pauses et des silences : « Éteignez tout et le monde s’allume ! » disait Rimbaud.

Le temps de respiration est nécessaire pour trouver notre inspiration.

Il y a en nous tout ce qu’il faut pour que tout marche bien si on prend le temps de souffler. Méditons ! C’est une méthode de développement impersonnel pour désenfler l’Ego. Plus on développe cette part impersonnelle en nous, plus on devient singulier et osons être nous-mêmes.

  • Dormons : plus le cerveau ralentit plus le cerveau s’ouvre à l’inconscient.

« Je ne cherche pas, je trouve » dit Picasso. Gardons un esprit ouvert pour saisir les opportunités qui se présentent sous nos pieds. Le chemin se trace en marchant.

Soyons plus surfer que lutteur : il faut savoir attendre la bonne vague.

  • Apprenons à nous ennuyer : c’est une élégance pour cultiver notre intuition.

« Qui s’efforce nuit à sa force » disait Lao Tseu.

Créons des vides dans l’agenda pour laisser de la place. C’est à ces moments qu’un vide fertile s’installe et nous offre nos déclics.

  • Acceptons d’être ignorant : il faut se contenter d’un minimum d’informations pour prendre des décisions. Cela active notre audace.

Arrêter de ruminer « j’aurais dû faire cela ». Les « toujours plus » ont moins d’estime d’eux-mêmes, mobilisent plus le regret, le remord et ont moins d’optimisme. Se laisser se guider par l’intuition cultive le bien être. Le contrôle inhibe l’intuition. Ce qu’on sait bien faire se fera naturellement.

Notre troisième œil ? Offrons-nous ce beau guide pour laisser aller les belles résolutions qui reviennent chaque année et accueillir nos projets dans la fluidité.

*  Propos inspirés de Hesna Cailliau « Les bâtisseurs du futur »

Ritualisons

[Ma chronique de juillet dans Psychologies Magazine].

La saison des vacances… Au revoir le « nez dans le guidon », les routines, la pression de la course quotidienne, les « Il faut », « Je dois »…

Transformons nos habitudes, parfois pesantes, en rituels porteurs de ressourcement. Une vraie différence dans l’énergie. En y goûtant, nous verrons combien nous aurons besoin d’installer ces rituels dans le temps. C’est le bon moment d’en choisir pour s’en prescrire !

Une habitude est un automatisme dicté par un rythme que nous vivons. C’est une manière usuelle d’agir, une disposition acquise. Elle nous connecte au « Faire ». La définition de notre zone de confort donnée par notre Ego est le connu, l’habituel, le contrôlé….Et cette zone, bien qu’appelée confort, peut s’avérer tout sauf confortable !

Un rituel est un moment « sacré » qui nous connecte à la joie d’Etre. La définition de notre zone de confort donnée par notre âme est un retour aux sources, aux Essentiels, à ce qui nous apporte du bien-être. Cette zone est alors tellement réconfortante.

Là où nous suspendons le temps pour nous ressourcer durant les mois d’été, découvrons combien les rituels peuvent être de vrais cadeaux d’ancrages. Ils nous offrent des invitations à démarrer chaque jour nouveau en bonne énergie, à faire les « Stop » précieux pour vivre le présent.

Alors si nous prenions un moment de discernement pour passer du Savoir à l’Etre, pour passer de la routine à la célébration ? des habitudes aux rituels ?

Ritualisons nos pensées :

Des preuves innombrables ont été données sur les bienfaits de la méditation. J’aimerais vous inviter à trouver la forme de méditation qui vous fera du bien car elles sont tellement multiples.

  • Etes-vous plutôt contemplatif ? Prendre le temps de vous connecter en profondeur à notre chère Dame Nature peut être un vrai moment d’intensité pour apprécier chaque nouveau jour : regardez les détails du paysage qui vous entoure, du ciel, des arbres,..
  • Etes-vous plutôt sensoriel ? Prenez le temps d’écouter et de savourer votre respiration, l’air qui entre et sort, se renouvelle à chaque fois.
  • Etes-vous plutôt cérébral ? La méditation arrête le rythme de vos pensées pour entrer dans votre espace intérieur. Laisser les défiler sans intention.

Ritualisons nos actions :

Trouvez votre action quotidienne qui vous offrira un moment de célébration.

  • Une action pour libérer la parole : dire merci, je t’aime, bravo.
  • Une action pour vous ressourcer : cuisiner, jardiner, faire du sport, marcher, toutes ces actions avec conscience dans chacun des gestes.
  • Une action pour grandir : notez dans votre carnet votre fierté, succès, joie du jour.

Ritualisons nos émotions :

Sourire active 2 muscles alors que tirer la tête en active 27….Choisissez !

Plus on est joyeux, plus on est joyeux.

Quelle est votre joie de la journée ?

Célébrez vos « GAQ » aussi petits soient-ils : « Grâce à quoi » j’ai passé une bonne journée ?

Amplifiez la joie, elle est une belle alliée de la résilience : apprenez à accueillir un compliment, le trésor d’un moment qui rend heureux.

« Plus que dans le savoir, la vérité réside dans l’Etre »

Bons rendez-vous avec vos ancrages, qui nourrissent et cultivent l’estime de soi : Les rituels nous vont si bien !